Dungeon of Fantasy
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Dungeon of Fantasy

Bienvenue sur Kikango, la Providence puisse vous accompagner dans vos lectures !
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

 

 L'auteur

Aller en bas 

Avant d'être venu sur ce forum connaissiez vous l'auteur ?
oui
L'auteur Icon_vote_lcap100%L'auteur Icon_vote_rcap
 100% [ 1 ]
non
L'auteur Icon_vote_lcap0%L'auteur Icon_vote_rcap
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Le Mage au sang mêlé
Souverain de l'Odinorat (administrateur)
Le Mage au sang mêlé


Nombre de messages : 387
Age : 33
Localisation : Quelque part sur terre ou ailleurs, errant avec un loup pour seul compagnon........
Emploi : Etudiant
Date d'inscription : 13/07/2005

Feuille de personnage
Niveau:
L'auteur Left_bar_bleue1/50L'auteur Empty_bar_bleue  (1/50)
Pseudonyme: Izambard Rosebreath
Race: Humain

L'auteur Empty
MessageSujet: L'auteur   L'auteur Icon_minitimeMer 13 Juil - 17:59

Ici un sujet pour ceux qui veulent faire partager ce qu'ils savent sur l'auteur.
Exposés ici les news, les rumeurs, les interviews que vous pouvez trouvez.
Personnellement je ne sais pas grand chose sur l'auteur.

_________________
Bienvenue dans mon monde, celui de l'héroïc Fantasy, un monde ou Magie est le maître mot, et où les dragons et autres races plus infectes les unes que les autres sont monnaies courante.
L'auteur 110013
Revenir en haut Aller en bas
http://jakarto.skyblog.com
Le Mage au sang mêlé
Souverain de l'Odinorat (administrateur)
Le Mage au sang mêlé


Nombre de messages : 387
Age : 33
Localisation : Quelque part sur terre ou ailleurs, errant avec un loup pour seul compagnon........
Emploi : Etudiant
Date d'inscription : 13/07/2005

Feuille de personnage
Niveau:
L'auteur Left_bar_bleue1/50L'auteur Empty_bar_bleue  (1/50)
Pseudonyme: Izambard Rosebreath
Race: Humain

L'auteur Empty
MessageSujet: Re: L'auteur   L'auteur Icon_minitimeMar 7 Fév - 13:06

Interview de l'auteur


Interview de Robin Hobb


SFRevu: Que ressentez-vous maintenant que la saga The Tawny Man est terminée et que les lecteurs des deux côtés de l'Atlantique peuvent voir comment tout se présente ?
Robin Hobb: Ecrire à propos de Fitz et du Fou me manque vraiment. J'aime beaucoup Nevare, mon nouveau héros, mais terminer la trilogie The Tawny Man c'était vraiment dire adieu à de vieux amis. Et ça fait une drôle d'impression de publier ça, là, aux yeux du monde et de me tenir en retrait. J'essaie de rester à l'écart des discussions qui se tiennent sur Internet à propos du livre, parce qu'il y a toujours cette tentation (et elle est plus grande maintenant que le livre est fini) d'intervenir et poster des choses comme: "Mais je n'ai jamais écrit ça!" ou "Vous avez compris cette scene complètement de travers." Le plus sage, bien sûr, c'est de lâcher prise et de comprendre que le livre doit maintenant se défendre seul. C'est dur d'être sage.
SFR: Quelle a été la réaction des lecteurs durant vos séances de dédicace?
Robin: Bonne, en général. Songez que, lorsque je fais une séance de dédicace pour un nouveau livre, la plupart des gens n'ont pas encore lu le livre. Donc, les tournées d'e-mails et de posts qui arrivent plus tard sur ma messagerie sont un reflet plus fidèle de la réaction des lecteurs. En toute honnêteté, elle a été mitigée mais passionnée. Je pense que c'est mieux que 'généralement bonne, mais tiède.'
SFR: Comment Robin Hobb considère-t-elle la magie dans la fantasy et l'usage qu'en font certains écrivains? Est-ce un outil pour lequel il y a un prix à payer, souvent sur un plan personnel? Est-ce la peur de la différence (les Pies?)?
Robin: La magie qui fonctionne est considérée comme de la technologie, n'est-ce pas? Bientôt je vais appuyer sur un bouton et vous renvoyer tous ces commentaires. Je ne sais pas comment ça fonctionne, mais je m'attends à ce que ça marche. Et j'en connais les limites et les prix. Le prix de cette 'magie' ce n'est pas seulement qu'il faut que j'aies un ordinateur, une connection Internet, que je paies mon fournisseur d'accès à l'Internet etc. Le prix que je paies pour le fait de savoir écrire des livres et les envoyer électroniquement, c'est de ne m'être jamais mise à peindre ou à tricoter, et d'être en mesure de céder à ma tendance à éviter de parler aux gens face à face. C'est le 'coût d'opportunité* comme dans vos cours d'économie au lycée.
Je pense que la magie serait tout à fait comme ça. Il serait admis que certaines personnes puissent jeter des sorts et que d'autres personnes puissent faire pousser des pommes de terre.
Lorsque j'écris de la magie, j'aime à me souvenir qu'il y a un prix pour tout ce que l'on fait, et écrire ça dans l'histoire. Pour revenir à l'exemple que j'ai pris plus tôt, au lycée les dingues de l'ordinateur ne sont pas acclamés comme les héros du football. Mais nous sommes tous conscients que, lorsque l'on a besoin de l'un d'eux, personne ne peut les remplacer. Et on se sent tous un peu vulnérables quand les malfaisants magiciens du monde informatique (hackers et créateurs de virus) exercent leurs métiers maléfiques. Alors je pense que l'on peut faire un parallèle ici et dire qu'il y aurait de la méfiance envers les gens qui pourraient réaliser l'incompréhensible au moyen de la magie. Cette méfiance est basée en partie sur la jalousie et en partie sur la peur. Mais elle serait là.
Je n'aime pas la fantasy dans laquelle la magie est toute-puissante et n'a pas de prix. Cette sorte de fantasy triche, et bien souvent il n'y a pas d'histoire une fois que toute la puissance de la magie est révélée. Donc, dans une histoire, il doit y avoir une limite à la magie.
SFR: Les noms semblent importants en termes de changement d'identité, comme dans le cas de Fitz et Tom, où les 2 noms lui permettent d'avoir accès à différentes couches de la société. Choix délibéré ou l'histoire l'a fait pour vous?
Robin: J'aime l'ancienne magie du nom et elle apparaît souvent dans mon histoire. Les idées de base sont [les suivantes]: si je connais ton vrai nom, j'ai pouvoir sur toi; et changer un nom peut changer une personne. C'est ce qu'on voit à l'oeuvre quand on donne le nom d'un saint lors d'un baptême, ou qu'une jeune personne obtient un nouveau nom lors d'un ritual de passage à l'âge adulte. La terminologie exerce toujours un grand pouvoir. Considérez coment les noms ont changés en termes de ce qui est 'politiquement correct' lorsque l'on parle de races.
Et l'apprentissage des noms et des termes c'est environ la moitié de n'importe quelle discipline scolaire, je pense.
SFR: Est-ce que le fait de retrouver Fitz et le Fou présentait des difficultés pour vous? Comment les avez-vous surmontées?
Robin: Au contraire, c'était presque trop facile, comme mettre son jean et son pull préférés après avoir porté des vêtements habillés toute la journée. J'ai adoré ça. Ce que je dois surmonter c'est la tendance à simplement vouloir continuer à écrire sur les gens et le monde que j'aime. Je veux m'arrêter tant que les lecteurs s'amusent encore autant que moi.
SFR: En grandissant, quand vous êtes-vous intéressée pour la première fois à la SF/fantasy? Enfant, étiez-vous écrivain? C'est-à-dire, est-ce que vous vous inventiez vos propres histoires?
Robin: Je crois que mon premier contact avec les histoires fantastiques furent les contes de fées et les mythes. Les vieux livres de contes de fées de mon père avec les belles illustrations de Dulac et Nielsen étaient enchanteurs. J'ai effectivement commencé à écrire très jeune, mais j'ai rarement réussi à finir une histoire.
Plus tard, j'ai lu de nombreuses nouvelles dans des revues de SF et de fantasy. Je pense que c'était bon pour moi parce que les nouvelles couvraient tellement de subdivisions du genre. Puis, bien sûr, Tolkien suivit. Wow.
SFR: Coment avez-vous réagit en lisant Tolkien? Est-ce qu'il est une influence majeure ou un tremplin pour votre travail d'écriture? Qui considérez-vous comme étant vos influences?
Robin: Tolkien est celui qui a le plus influencé ma décision de devenir écrivain. Il m'a montré ce que la fantasy pouvait être. Les autres influences sont trop nombreuses pour être mentionnées: Rudyard Kipling. Rider Haggard. Jack Vance. Fritz Leiber. Sir Arthur Conan Doyle. Saki. Peter Beagle. Jules Verne. Robert Louis Stevenson. Mark Twain. Edgar Rice Burroughs. Robert Howard. Robert Bloch. Tant d'histoires fantastiques, et elles me donnaient envie de faire que mes lecteurs éprouvent des sentiments, et soient stupéfaits et effrayés et inspirés.
SFR: Qu'est-ce que vous lisez ces-derniers temps?
Robin: Le journal. Chaque matin. Science Weekly, toutes les semaines. Beaucoup de livres sur la recherche, ou des livres qui m'aident pour ce que je suis entrain d'écrire. Donc dernièrement j'ai lu Lawrence of Arabia , et un livre qui s'appelle Why They Kill et beaucoup de trucs sur les enfants des rues et l'Empire Britannique et l'Inde. Cette semaine, je suis entrain de lire Newton's Cannon de Keyes et The Last Light of the Sun de Guy Gavriel Kay. En manuscrit, je suis entrain de lire les premiers livres des Triads de Darragh Metzger. Vous n'avez pas encore entendu parler d'elle, mais je parie que d'ici 1 an ou 2 ce sera le cas. Ca, c'est mon tuyau d'initiée pour cette année. J'attends le prochain livre de Fiona McIntosh, The Quickening tome 2.
SFR: Comment concevez-vous le rôle de l'Histoire [de l'intrigue NDTR], dans la Fantasy, au vu de la conversation entre Tom et Fou concernant les rôles changeants? Est-ce que l'idée de transformation sous-tend la fantasy?
Robin: Hum. Je pense que l'idée de transformation sous-tend n'importe quelle histoire, n'est-ce pas? Histoires de passage à l'âge adulte, histoires de l'homme contre la nature, romances...Je pense que toute histoire contient une sorte de transformation. Le rôle de l'histoire dans la fantasy je pense que c'est à la fois de répondre à nos attentes et de les faire voler en éclats. Si l'Histoire était prévisible, alors ça ne serait pas de la fantasy, car la fantasy est le genre dans lequel on enfreint les règles. Pourtant, elle doit être assez prévisible pour satisfaire le lecteur, sans que cette satisfaction soit exactement celle à laquelle il s'attendait. Et voilà: j'ai réussi à rendre cette question incompréhensible .
SFR: Robin Hobb? Megan Lindholm? Qui sont ces gens...et combien d'autres êtes-vous? Qu'est-ce que les lecteurs de la première devraient s'attendre à trouver chez la seconde? (sur le site de Robin: "Mon autre pseudonyme est Megan Lindholm. Les livres écrits en tant que Megan Lindholm comprennent: Wizard of the Pigeons, Harpy's Flight, Wolf's Brother, et Cloven Hooves.)
Robin: Je ne pense pas qu'il s'agissent de personnes différentes mais plutôt de voix différentes. Je pense qu'il existe des voix narratrices distinctes que nous reconnaissons tous. Pensez à Kipling et “Avant lesTemps Anciens et Reculés, ô ma Mieux-Aimée. . . “ et à l'intemporel "Il était une fois...". Lindholm est une voix plus contemporaine et raconte des histoires plus contemporaines...même quand l'histoire se déroule dans un monde parallèle et un décor médiéval. J'ai le sentiment que Hobb parle depuis un lieu et une époque différents.
Maintenant, je paraît très étrange, non? En fin de compte, pour moi, des histoires différentes requierent des voix différentes. Il est parfaitement possible qu'un jour une différente sorte d'histoire me vienne à l'esprit, et je devrai trouver une voix complètement différente pour la raconter.
SFR: N'écrivez-vous que de la fantasy? Y a-t-il d'autres genres qui vousintéressent?
Robin: J'écris dans beaucoup d'autres genres. Mais d'une manière ou d'une autre, tout fini par devenir de la fantasy. J'adore les mystères, les westerns et l'aventure. J'adore les histoires de jeunes adultes et de passage à l'âge adulte. Je pense qu'on peut prendre n'importe quel genre, en faire de la fantasy, et s'amuser 2 fois plus.
SFR: Ecrivez-vous pour vous ou pour un lecteur imaginaire? Dans un cas comme dans l'autre, à quoi ressemblent-ils?
Robin: J'écris pour moi. Voilà!
Ca semble tellement avide et égoïste de dire ça, non? Mais toute la journée devant mon clavier, c'est moi et le chat, et ce n'est pas le truc de Pi de me faire part directement de ses impressions. Alors, j'écris ce qui me semble aller, et j'espère que lorsque ça sortira, ça plaira aussi aux autres.
SFR: De vos propres livres, y en a-t-il un que vous préférez? (Est-ce que c'est à cause de l'idée, des personnages, votre vie telle qu'elle était quand vous l'avez écrit, la façon dont ça s'est terminé, quelque chose d'autre?)
Robin: 2 préférés. Wizard of the Pigeons de Lindholm, et Assassin's Apprentice de Hobb. Wizard est un de mes préférés parce que j'aimais tellement le personnage principal et que j'ai passé des moments merveilleux à explorer Seattle avant d'écrire le livre. Apprentice je l'adore parce que c'est la première fois que j'ai rencontré Fitz et le Fou.
SFR: Avec quels autres écrivains avez-vous le sentiment d'avoir quelque chose en commun? Sont-ils des amis?
Robin: Je suis une personne très solitaire. Je connais effectivemenr d'autres écrivains, mais c'est pour les avoir rencontrés lors de congrès. Ce que je pense avoir en commun avec presque tous les autres écrivains que je connais c'est qu'il n'y a tout simplement pas assez d'heures dans une journée! J'ai trop souvent à choisir entre avoir une vie à moi et laisser mes personnages avoir une vie. Les personnages gagnent presque toujours. Alors, même si j'ai des amis écrivains (que j'adore), je n'ai pas d'amis écrivains proches.
SFR: Qu'est-ce que la Fantasy offre que la Science Fiction ne peut offrir? Pourquoi gagne-t-elle en popularité auprès des lecteurs?
Robin: Qu'est-ce que la Fantasy offre que la Science Fiction ne peut offrir? Je ne crois pas qu'elle offre quoi que ce soit. Je pense que beaucoup de gens croient que la SF c'est trop dur pour eux, qu'ils doivent être physiciens pour y prendre plaisir ou qu'il doivent maîtriser la théorie des cordes# pour piger l'intrigue. Trop de gens pensent que la SF est un vaisseau spatial ou un robot. C'est tout simplement faux. Il y a une large gamme en SF , et puis on arrive à ce territoire mal-défini, où personne ne sait si c'est de la fantasy ou de la SF, mais ça nous plaît tout autant quand même. Il y a de la SF qui en fait trop côté concept et pas assez côté personnages pour que ça me plaise, mais il y a beaucoup de fantasy où il y a trop de personnages adorables et pas assez de concept pour que ça me plaise. Le pire de la fantasy serait le Club des Cinq Magiciens, le pire de la SF Les Plans Détaillés de l'Astronef du Héros. Quand un genre ou l'autre est à son meilleur, il stimule, il émeut, oui, il inspire même. Donc, je ne place pas vraiment l'un au-dessus de l'autre. Pourquoi la fantasy attire-t-elle davantage de lecteurs? Je crois que les médias (la télé et les films) nous mettent plus en vedette et créent un goût pour nos histoires. Je pense également que, peut-être, les lecteurs éprouvent une faim d'histoires qui abordent les grands thèmes de la vie; et la fantasy n'a jamais eu peur de le faire. Je pense que pratiquement tout bon récit contient une composante spirituelle. En fantasy, la composante spirituelle est un peu plus facile à trouver.
SFR: Comment percevez-vous Tolkien maintenant que vous êtes vous-même un écrivain à succès? Est-il toujours un point de référence ou un boulet?
Robin: Un boulet????? Surveillez votre langue! Pour moi, il est, et sera toujours le maître. Chaque fois que je prends un de ses livres et en lis un peu, j'apprends quelque chose de nouveau. C'est avec les lecteurs qui partagent ce terrain d'entente avec moi que j'éprouve la plus grande affinité. Sans un effort conscient, je trouve que j'ai mémorisé de nombreux passages de ses livres. Cet homme pouvait tourner ce genre de phrase: 'fireweed seeding away into fluffy ashes'.%
SFR: Je comprends, à en croire votre site, que vous vous considérez comme une grincheuse. Je suis moi-même un râleur, mais je tiens de mon grand-père. Et vous, quelle est votre excuse?
Robin: L'internet m'a rendue grincheuse. Je ne redeviendrai pas la gentille et aimable personne que j'étais tant qu'ils ne l'auront pas éteint. Je suis sûre que,quelquepart, il y a ce gros interrupteur avec une poignée rouge. Abaissez-le et le monde n'a plus aucun pipeline avec accès direct à mon bureau. Attendez juste que je le trouve...
SFR: Sur quoi travaillez-vous actuellement, ou peut-être avez-vous encore peur de tout tuer en en parlant avant que ça ne soit lancé?
Robin: Actuellement, Nevare n'a plus rien à manger et il est menacé par des grenouilles vénéneuses. Faites-en ce que vous voudrez.

_________________
Bienvenue dans mon monde, celui de l'héroïc Fantasy, un monde ou Magie est le maître mot, et où les dragons et autres races plus infectes les unes que les autres sont monnaies courante.
L'auteur 110013
Revenir en haut Aller en bas
http://jakarto.skyblog.com
 
L'auteur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dungeon of Fantasy :: Les must du genre :: Robin Hobb, trois sagas, trois cartons.-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser